14 HISTOIRES COURTES À MÉDITER. (Rejoignez Radio Eveil)

 

HISTOIRES À MÉDITER.

Un jour un homme riche donna un panier rempli d’ordure à un homme pauvre . L’homme pauvre lui sourit et partit avec le panier . Il le vida et le nettoya et puis le remplit de fleurs magnifiques . Il retourna chez l’homme riche et lui rendit le panier, l’homme riche s’étonna et lui dit : Pourquoi tu m’as donné ce panier rempli de belles fleurs alors que je t’ai donné des ordures ???? Et l’homme pauvre lui dit : Chaque personne donne ce qu’il a dans le cœur .

 

————————————————————————————————————————————–

UN CADEAU BIEN APPRÉCIÉ ! Un anthropologue a proposé un jeu aux enfants d’une tribu africaine. Il a mis un panier de fruits près d’un arbre et a dit aux enfants que le premier arrivé gagnait tous les fruits. Au signal, tous les enfants se sont élancés en même temps …… en se donnant la main !! Puis ils se sont assis ensemble pour profiter de leur récompense. Lorsque l’anthropologue leur a demandé pourquoi ils avaient agi ainsi alors que l’un d’entre eux aurait pu avoir tous les fruits, ils ont répondu : « Ubuntu. Comment l’un d’entre nous peut-il être heureux si tous les autres sont tristes ?

« UBUNTU » dans la culture Xhosa signifie: « Je suis parce que nous sommes »

 

————————————————————————————————————————————-

 

Un Maître Zen vit un scorpion se noyer et décida de le tirer de l’eau.

Lorsqu’il le fit, le scorpion le piqua.

Par l’effet de la douleur, le maître lâcha l’animal qui de nouveau tomba à l’eau

en train de se noyer. Le maître tenta de le tirer nouvellement et l’animal le piqua encore.

Un jeune disciple qui était en train d’observer se rapprocha du Maître et lui dit :

« Excusez-moi Maître, mais vous êtes têtu! Ne comprenez vous pas qu’à chaque fois

que vous tenterez de le tirer de l’eau il va vous piquer ? »

Le maître répondit: « La nature du scorpion est de piquer et cela ne va pas

changer la mienne qui est d’aider. »

Alors, à l’aide d’une feuille, le maître tira le scorpion de l’eau et sauva sa vie,

puis s’adressant à son jeune disciple, il continua:

« Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal, prends juste des précautions.

Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent ».

Quand la vie te présente mille raisons de pleurer, montre-lui que tu as mille raisons

pour sourire. Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation.

Parce que ta conscience est ce que tu es, et ta réputation c’est ce que les autres

pensent de toi… Et ce que les autres pensent de toi… c’est leur problème ! »

 

————————————————————————————————————————————–

 

« Il meurt lentement celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère,
Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les cœurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap lorsqu’il est malheureux au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie, n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!
Risque-toi aujourd’hui!
Agis tout de suite!
Ne te laisse pas mourir lentement!
Ne te prive pas d’être heureux! »

Ce poème a été écrit par MARTHA MEDEIROS, poétesse brésilienne…

Et non pas Pablo Neruda

 

—————————————————————————————————————————————

 

L’OISILLON TOMBÉ DU NID. Il était une fois un petit oiseau qui est tombé de son nid. Une vache passe et entend crier le petit oiseau, comme la vache pense qu’il a froid, elle lui chie une bouse dessus mais le petit oiseau continue à crier. Un renard entend ses cris, sort le petit oiseau de la bouse et le mange. Morale de cette histoire: 1. Quand quelqu’un te met dans la merde il ne te veut pas nécessairement du mal. 2. Quand quelqu’un te sort de la merde il ne te veut pas nécessairement de bien. 3. Quand tu es dans la merde tais-toi et trouve une solution toi-même.

 

—————————————————————————————————————————————-

 

L’histoire du colibri

Un jour, un grand incendie se déclare dans la forêt… Tous les animaux, terrifiés, observaient impuissants ce désastre. Seul le petit colibri, aussi frêle que déterminé, s’active en allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec, qu’il jette sur le feu, recommençant son manège sans relâche. Au bout d’un moment, le tatou agacé par cette activité à ses yeux inutile, lui dit : – « Colibri ! Tu n’es pas un peu fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? » – « Je le sais, répond le colibri, mais moi, au moins, je fais ma part.

 

—————————————————————————————————————————————-

Un vieil indien explique à son petit fils que chacun de nous a en lui deux loups qui se livrent bataille. Le premier loup représente la sérénité, l’amour et la gentillesse. Le second loup représente la peur l’avidité et la haine. « Lequel des deux loups gagne ? « demande l’enfant. « Celui que l’on nourrit. » Répond le grand père.

 

Sagesse Amérindienne.

 

—————————————————————————————————————————————

 

L’âne au fond du puits. Un jour, l’âne d’un fermier est tombé dans un puits. L’animal gémissait pitoyablement pendant des heures, et le fermier se demandait quoi faire. Finalement, il a décidé que l’animal était vieux et le puits devait disparaître et de toute façon, ce n’était pas rentable pour lui de récupérer l’âne. Il a invité tous ses voisins à venir et à l’aider. Ils ont tous saisi une pelle et ont commencé à enterrer l’âne dans le puits. Au début, l’âne a réalisé ce qui se produisait et se mit à crier terriblement. Puis à la stupéfaction de chacun, il s’est tu. Quelques pelletées plus tard, le fermier a finalement regardé dans le fond du puits et a été étonné de ce qu’il a vu. Avec chaque pelletée de terre qui tombait sur lui, l’âne faisait quelque chose de stupéfiant. Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus. Pendant que les voisins du fermier continuaient à pelleter sur l’animal, il se secouait et montait dessus. Bientôt, chacun a été stupéfié que l’âne soit hors du puits et se mit à trotter !’ La vie va essayer de t’engloutir de toutes sortes d’ordures. Le truc pour se sortir du trou est de se secouer pour avancer. Chacun de tes ennuis est une pierre qui permet de progresser. Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n’arrêtant jamais. Il ne faut jamais abandonner ! Secoue-toi et fonce ! Rappelle-toi, les cinq règles simples ! À ne jamais oublier, surtout dans les moments les plus sombres. Pour être heureux / heureuse :

-1. Libère ton cœur de la haine.

-2. Libère ton esprit des inquiétudes.

-3. Vis simplement..

-4. Donne plus.

-5. Attends moins.

Texte de  Me Carole Herbst

 

 

—————————————————————————————————————————————

 

 

Alors qu’il marchait à l’aube sur la plage,

un homme vit devant lui un jeune qui ramassait des étoiles de mer

et les jetait à l’eau.

Il finit par le rejoindre et lui demanda pourquoi il agissait ainsi.

 

Le jeune homme lui répondit que les étoiles de mer mourraient s’il les laissait là jusqu’au lever du soleil.

« Mais la plage s’étend sur des kilomètres et il y a des millions d’étoiles

de mer, répliqua-t-il. Quelle différence cela va-t-il faire ? »

Le jeune homme regarda l’étoile de mer qu’il tenait dans sa main

et la lança dans l’écume.

 

Il répondit : « Cela fera une différence pour celle-ci. »

 

———————————————————————————————————————————–

 

 

Il était une fois une course de grenouilles organisée dans un petit village du bord du Mékong. Le tracé de la course avait été confié à un jeune villageois, qui, dans le souci de plaire au chef du village, avait placé la ligne d’arrivée au seuil de sa maison, située en haut d’une grande colline.

 

De l’aveu de tous, le trajet paraissait très difficile, voire impossible, tant le dénivelé final était exigeant. Cela attisa toutefois la curiosité des badauds, qui se pressèrent pour assister au départ de la course. D’autant que le chef du village, manifestant son intérêt, gagea une prime importante pour la grenouille qui parviendrait à accomplir un tel exploit. Beaucoup de gens se rassemblèrent pour assister à l’événement.

Et le départ fut donné.

En fait les gens ne croyaient pas possible que les grenouilles atteignent la cime. Et toutes les phrases que l’on entendit furent :

–       « Impossible ! Elles n’y arriveront jamais…! »

Les grenouilles commencèrent peu à peu à se décourager. Toutes, sauf une qui continua à grimper. Et les gens continuèrent :

–       « Vraiment pas la peine !!! Elles n’y arriveront jamais…!!! »

Et les grenouilles s’avouaient vaincues sauf une qui continuait de grimper envers et contre tout.

Et les gens continuèrent :

–       « C’était prévisible ! une telle entreprise était vouée à l’échec ! »

A la fin, toutes abandonnèrent, sauf une petite grenouille qui, seule et au prix d’un énorme effort, atteignit le sommet de la colline et franchi victorieuse la ligne d’arrivée.

Les sages du village, stupéfaits, voulurent alors savoir comment la petite grenouille avait pu accomplir un tel exploit. On l’examina sous tous les angles pour enfin découvrir sa particularité… elle était sourde !

———————————————————————————————————————————–

 « Une vieille légende hindoue raconte qu’il y eût un temps où tous les hommes étaient des dieux. Mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de lui trouver une cachette.

Lorsque les dieux furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre. »

Mais Brahma répondit : « Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera. »

Alors les dieux dirent : « Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans. »

Mais Brahma répondit à nouveau : « Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu’un jour, il la trouvera et la remontera à la surface. »

Déconcertés, les dieux proposèrent : « Il ne reste plus que le ciel, oui, cachons la divinité de l’homme sur la Lune. »

Mais, Brahma répondit encore : « Non, un jour, l’homme parcourra le ciel, ira sur la Lune et la trouvera. »

Les dieux conclurent : « Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour. »

Alors Brahma dit : « Voici ce que nous ferons de la divinité de l’homme: nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher. »

Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, exploré la lune et le ciel à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui. »

 

———————————————————————————————————————————–

 

« Il était une fois un homme très pauvre qui vivait avec son épouse. Un jour, son épouse, qui avait de longs cheveux, lui demanda de lui acheter un peigne pour parvenir à se coiffer. L’homme, très désolé, lui dit qu’il n’avait même pas assez d’argent pour réparer le bracelet de sa montre qu’il venait de casser. Émue elle aussi, elle n’insista pas pour sa demande.

L’homme alla à son travail en passant chez l’horloger. Il lui revendit sa montre abîmée à bas prix et s’en alla acheter un peigne pour son épouse.

Le soir, il revint à la maison, le peigne dans la main, prêt à l’offrir. Quelle fut sa surprise lorsqu’il vit que son épouse s’était coupée les cheveux très courts, les avait vendus et tenait en main un nouveau bracelet de montre.

Des larmes coulèrent simultanément de leurs yeux, non pas pour l’inutilité de leur acte, mais pour la réciprocité de leur amour. »

 

______________________________________________________________________________

 

Un homme sage, étonnement de son époque, enseignait à ses disciples,  puisant dans une source inépuisable. Il attribuait tout son savoir à un livre épais qui se trouvait dans sa chambre, à la place d’honneur, qu’il ne permettait à personne d’ouvrir. Quand il mourut, ceux qui avaient été auprès de lui se précipitèrent pour ouvrir le livre, pressés de s’en approprier le contenu. Ils furent surpris, confus et désappointés quand ils découvrirent qu’il n’y avait qu’une page d’écrite. Leur perplexité et leur embarras augmenta lorsqu’ils tentèrent de percer le sens de la phrase qu’ils avaient sous les yeux:   « Quand vous vous rendez compte de la différence qu’il y a entre un contenant et le contenu, vous aurez la connaissance »

…….

Le contenant c’est votre conscience, le contenu, c’est votre mental. Le contenant c’est votre être, le contenu, tout ce que vous avez accumulé.

Quand vous vous reconnaissez que vous n’êtes pas le contenu mais le contenant … à méditer

 

Source: (Osho, Art de vivre et de mourir )

 

__________________________________________

 

Le Maître Japonais et la Tasse de thé

Nan-in un maître japonais du XIXème siècle reçut un jour la visite d’un professeur d’université américaine qui désirait s’informer à propos du Zen.

Pendant que Nan-In silencieusement préparait du thé, le professeur étalait à loisir ses propres vues philosophiques.

Lorsque le thé fut prêt, Nan-In se mit à verser le breuvage brûlant dans la tasse du visiteur, tout doucement.

L’homme parlait toujours.

Et Nan-In continua de verser le thé jusqu’à ce que la tasse déborde.

Alarmé à la vue du thé qui se répandait sur la table, ruinant la cérémonie du thé, le professeur s’exclama: « Mais la tasse est pleine! …

Elle n’en contiendra pas plus!

Tranquillement, Nan-In répondit: « Vous êtes comme cette tasse, déjà plein de croyances et d’idées préconçues

Comment pourrais-je vous parler du Zen, Pour pouvoir apprendre, commencer par vider votre tasse ! »

Radio éveil vous invite à rejoindre le réseau social Horyou

Voulez-vous participer à la construction d'un monde plus harmonieux ?
Rejoignez notre communauté d'acteurs du changement sur Horyou.
Partagez vos nouvelles et actions positives dans le monde entier !
Soyez le changement, soyez Horyou
REJOIGNEZ-NOUS AUJOURD'HUI

Horyou

You may also like...

Close
Merci de soutenir notre site: