LE BONHEUR C’EST MAINTENANT

LE BONHEUR C’EST MAINTENANT

Bien agir et être dans la joie.

Pour cette chronique je me suis mis à fouiller à droite, à gauche, des informations sur le bonheur.
Je suis passé de l’épicurisme à l’hédonisme, la spiritualité, les diverses pensées philosophiques.

Il y a deux camps : les optimistes et les pessimistes.

Epicure, Spinoza, Montaigne, Diderot optaient pour l’optimisme.

Pascal, Scopenhauer, Freud pour le coté pessimiste.

Freud lie le besoin de bonheur par une pulsion de mort, que la sexualité psychique insatiable s’ajoute à une tendance autodestructrice….. Bla bla bla
Je me demande alors pourquoi Freud cherchait à faire passer ces patients de l’inconscient au conscient puisque de toute façon le bonheur n’était que chimère.

Lacan me donne la réponse sur Freud avec son étude sur LE MANQUE.
Pour lui la recherche du bonheur est une recherche du manque.
Donc les travaux de Freud n’étaient que manque. En d’autres thèmes il cherchait chez ces patients sa propre conscience d’un passé qui d’après ces études avait dû être très perturbé.
Mais sans philosophie, la psychanalyse n’est qu’un cercle sans fin qui n’apporte que des réponses sans solution.

D’autres psychanalystes comme Maslow, Reich ou mon AMI JUNG affirment au contraire que le bonheur est un sentiment naturel qu’éprouve la psyché humaine lorsqu’elle s’épanouit d’une manière intégrée, ce qui suppose une forme de culture fondée sur l’amour et l’être plutôt que sur la peur de l’avoir.

Quant à la politique, elle place trop souvent le bonheur sous le sens de la possession matérialiste.

Le bonheur réside en nous, Lao-tseu nous le dit : Le bonheur n’est pas au bout du chemin, il est le chemin.
L’innocence, « non pas dans le sens de la crédulité » mais plutôt dans celui qui réside dans la vision du beau que chaque enfant a, est la clef du bonheur.
Une clef qui ouvre une porte, mais quand celle-ci est ouverte, laissez la clef sur la porte, et la porte ouverte à jamais.
Le bonheur c’est le cœur, c’est donner sans attente de recevoir, c’est aider sans se regarder aider, c’est aimer sans se regarder aimer, c’est prendre la vie avec le sourire.
C’est OFFRIR. C’est AIMER.
Offrir une oreille, une attention, de l’aide, un sourire, un geste.
Le bonheur c’est quand je veux, et je veux souvent.
Le bonheur c’est les autres.

Comme dit si bien Jacques Faizant : Le bonheur est un festin de miette.
Je rajouterais : à partager sans modération.

Il n’y a rien de grandiose dans le bonheur, car il n’est que présent, que l’instant, que sagesse. Il est altruiste et doux.

Les gens qui cherchent le bonheur sont comme des êtres qui cherchent partout leurs lunettes qui sont sur leur nez. Il est en nous et rien qu’en nous.

Vous vous sentez triste, pas heureux… Ne cherchez pas le bonheur dans les souvenirs du passé, car la nostalgie ne fait qu’accroître le malheur.
Ne cherchez pas dans le futur car l’attente n’est qu’une illusion.
Ne cherchez pas chez les autres, le bonheur des autres ne fera pas nécessairement le vôtre.
Ne cherchez pas cela dans la consommation, car posséder est comme une drogue, elle vous offre un grand moment de PLAISIR puis, le vide, le manque reviendra vous envahir de plus belle.

Ne cherchez pas, car les gens ne cherchent pas.
ILS ATTENDENT.
Ils attendent la chance qui appartient au hasard, mais le bon hasard n’appartient qu’aux gens qui vivent.
Le bonheur c’est vivre, vivre vraiment, suivre son instinct, OSER, suivre son ventre, son cœur, c’est une longue marche qui demande juste de toujours y croire.
C’est un travail régulier… ( on ne naît pas heureux, on le devient. )
C’est un exercice comparable à un apprentissage, comme le violon, l’écriture, la méditation… il ne se consomme pas, il se fabrique.
Car le bonheur est imagination.
Coué et son apprentissage de l’optimisme : TOUT EST POSSIBLE DANS LES LIMITES DU RAISONNABLE.
Le bonheur est donc une création constante et optimiste.

Inutile de vous dire qu’il faut se débarrasser de la haine, des angoisses, des doutes, des colères, des envies de posséder, de la jalousie.

Car tous ces sentiments ne découlent que d’un problème.
LA PEUR.
Le Malheur est l’antonyme du bonheur.
Mais la véritable cause du NON BONHEUR c’est LA PEUR

Peur de mourir, peur d’échouer, peur de réussir, peur d’oser, peur de perdre, peur d’être ou de ne pas être, peur de ne pas, de ne plus…

La société nous conditionne chaque jour à avoir peur.
Il est impératif de sortir de cette peur, de créer en nous un nouveau paradigme.

N’AYEZ PAS PEUR…. OUVREZ VOS CŒURS D’ENFANTS….
LE BONHEUR C’EST MAINTENANT.

(Chronique Radio)

le bonheur commence

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

 

radio eveil logohoryou logo

Radio éveil vous invite à rejoindre le réseau social Horyou

Voulez-vous participer à la construction d'un monde plus harmonieux ?
Rejoignez notre communauté d'acteurs du changement sur Horyou.
Partagez vos nouvelles et actions positives dans le monde entier !
Soyez le changement, soyez Horyou
REJOIGNEZ-NOUS AUJOURD'HUI

Horyou
Alexandre Lecouillard on sabwordpressAlexandre Lecouillard on sabfacebook
Alexandre Lecouillard
Le Bienheureux
Je vous invite à me rejoindre sur Horyou et Facebook.
Cliquez simplement sur F ou W pour visiter ma page ou mon site perso.

You may also like...

Rejoignez-nous !

Cliquez sur « Share »

RADIO ÉVEIL

X
Close
Merci de soutenir notre site: