SWEET SMOKE… 3 albums et 3 chefs d’œuvres à déguster

 

Sweet Smoke a été créé en 1967 à Brooklyn (New York). Les membres fondateurs du groupe sont Andrew Dershin, Michael Paris, Victor Sacco, Jay Dorfman et Marvin Kaminovitz. Sacco sera remplacé un peu plus tard par Steve Rosenstein. Le nom complet du groupe était alors Sweet Smoke of the Happy Plant Pipeful.

À ses débuts, le groupe se produit principalement dans des petits clubs des États-Unis, mais avec son image de hippie et son nom « Douce Fumée », il n’arrive pas à s’imposer sur les devants de la scène. Le groupe décide donc de s’exiler en Europe en 1969 et en profite pour sortir son premier album en Allemagne, Just a Poke en 1970.

Sweet Smoke était surtout connu pour ses performances live et ses longs morceaux improvisés (jam). C’est dans cet esprit que les deux morceaux de Just a Poke,Baby Night et Silly Sally, qui durent environ 16 minutes chacun, ont été produits. Baby Night est d’ailleurs probablement le morceau le plus connu du groupe puisqu’il contient en fait une reprise de « In a world of glass teardrops » de « Jeremy and the Satyrs » ainsi qu’un couplet de paroles repris du titre « The Soft Parade » des Doors, mais c’est aussi une parfaite synthèse de la créativité de Michael Paris. Le second morceau, Silly Sally, est quant à lui surtout connu pour le long (plus de cinq minutes) solo de batterie de Dorfman auquel ont été ajoutés des effets stéréo et notamment un Tape Flange.

Grâce à ses concerts et aux musiciens qu’il invite sur scène, le groupe voit sa popularité croître de manière extraordinaire. Cependant, après la sortie de son second album, Darkness to Light (1973), dans lequel la guitare acoustique est mise en valeur, des tensions commencent à apparaître au sein du groupe. Paris et Rosenstein le quittent et après la sortie d’un album live en 1974, les membres restants se séparent. Ils s’éloignent tous du monde de la musique mais se réunissent une seule et unique fois en 1999. (Wiki)

 

En 1970 JUST A POKE  arrive dans les bacs d’Allemagne est un c’est un monument du Jazz Rock Psychédélique qui nous frappe. Le fait est que le cru est d’Europe  et que cet album nous a envahit et ceci pour des générations de fumeurs de cigarettes rigolotes , la pochette est superbe et le vinyle se trouve dans toutes les bonnes brocantes. Je ne sais pas combien de fois je l’ai écouté, mais « Just » en vinyle car le son du CD est bien trop compressé. Ah oui, les solos sont vraiment superbes…

DARKNESS TO LIGHT est un petit bijou qui a un charme fou, moins connu que Sweet Smock il n’en reste pas moins super bien travaillé. à la 27eme minute ils baragouinent en Français pour faire ambiance Bistrot et c’est assez amusant.  

 

LE LIVE à une odeur de Jazz, de rock, de Jam… Il y a de la joie, les instruments JOUENT, mais dans le sens de S’AMUSER.

 

 

LE PLUS SIMPLE EST DE PARTAGER CET ARTICLE AVEC UN PETIT SOUVENIR EN COMMENTAIRE.

 

Michael Paris : flûte, saxophone et voix

  • Andy Dershin : basse et percussions
  • Jay Dorfman : percussions
  • Marvin Kaminowitz : guitare, percussions et voix
  • Steve Rosenstein : guitare et voix
  • Rochus Kuhn : violon et violoncelle
  • Jeffrey Dershin : piano, percussions et voix
  • Rick Greenberg : guitare de rythme, cithare
  • John Classi : percussions, effets sains
  • Martin Rosenberg : percussions
Alexandre Lecouillard on sabwordpressAlexandre Lecouillard on sabfacebook
Alexandre Lecouillard
Le Bienheureux
Je vous invite à me rejoindre sur Horyou et Facebook.
Cliquez simplement sur F ou W pour visiter ma page ou mon site perso.

You may also like...

Rejoignez-nous !

Cliquez sur « Share »

RADIO ÉVEIL

X