Qu’est-ce que l’Ikigai et comment l’atteindre ?

Qu’est-ce qui nous pousse à nous lever chaque matin du lit ? Quelle est la chose qui nous rattache au monde ? Des questions qu’on s’est tous posées à un moment donné de notre vie. Le terme japonais Ikigai permet d’y répondre et de donner un sens à notre existence. On vous en dit plus dans cet article.

Qu’est-ce que c’est qu’un Ikigai ?

Ikigai est un mot composé de “ikiru” qui se traduit par vivre et “kai” qui désigne l’acte d’espérer. Ainsi, ce simple terme possède plusieurs définitions, dont celle d’être la “raison de vivre” d’un individu ou sa “raison d’espérer”.

C’est la chose qui le pousse à ouvrir les yeux chaque jour et confère une joie à son existence. Ikigai est la passion qui nous aide à donner le meilleur de nous-mêmes, que ce soit dans notre vie professionnelle ou personnelle.

Selon la culture japonaise, chaque personne possède son ikigai à elle, voire même plusieurs, au plus profond d’elle-même. La plupart n’ont en même pas conscience.

Notre ikigai peut se présenter à n’importe quel moment de notre vie et à n’importe quel âge aussi. C’est pour cela qu’il faut toujours prêt à y faire face.

En effet, il est facile de se sentir désorienté quand on sent qu’on a dévié du chemin tracé initialement. C’est pour cela que plus on est en symbiose avec notre ikigai, plus celui-ci apporte du sens à notre vie.

Les bienfaits de l’Ikigai

Les études épidémiologiques du Japon démontrent que la population moyenne du pays peut vivre jusqu’à 80 ans. Cela est dû au régime alimentaire et l’hygiène de vie des Japonais, mais certains philosophes avancent que l’ikigai aurait un rôle clé dans cette longévité.

Pour l’instant, les arguments scientifiques manquent pour appuyer leurs dires, mais on sait tout de même que les Japonais adoptent les principes de l’ikigai dans leurs vies quotidiennes. Ils considèrent le concept avec sérieux et se motivent grâce à cette croyance.

La nature humaine est avide, désirant toujours plus et le meilleur du monde possible. Tout être humain a besoin d’une raison pour garder un lien entre lui et le monde. Que vous soyez japonais ou non, votre ikigai représente cette raison. Il vous motive à vous dépenser dans les divers aspects de votre existence.

Par exemple, l’ikigai d’un pêcheur peut être le fait de jeter sa canne à l’eau, de ramener son seau plein de poissons à la maison ou de nourrir fièrement sa famille du fruit de son propre effort. Une grand-mère peut se rattacher à la vie pour répandre sa sagesse aux nouvelles générations.

Pour un médecin, c’est le fait de sauver la vie des autres qui constitue son ikigai à lui. Pour d’autres personnes, la joie de vivre et donc leur ikigai réside dans les gestes banals du quotidien plutôt qu’un seul objectif précis.

De ce fait, la personne peut trouver son ikigai dans n’importe quelle circonstance. Grâce à votre ou vos ikigai, votre vie compte.

Comment trouver son ikigai ?

La loi des 4 questions

Votre ikigai est tout simplement la chose que vous aimez le plus, que vous respectez et qui vous pousse à exceller. Lorsque ces trois facteurs sont réunis, il est très probable que vous ayez enfin trouvé votre ikigai.

Pour y réfléchir, vous pouvez vous munir d’un stylo et d’un bout de papier, et de noter les quatre questions qui suivent :

  1. Qu’est-ce qui me passionne le plus ? (passion)
  2. En quoi suis-je le plus doué ? (vocation)
  3. Quel est le domaine qui peut me rapporter le plus ? (domaine)
  4. De quoi l’univers a-t-il besoin ? (mission)

Votre ikigai est le point qui répond à ces quatre questions, constituant ainsi l’union entre les cercles de votre passion, vocation, domaine et mission. Plus qu’un simple intérêt personnel, l’ikigai ne se complète que s’il arrive à servir l’intérêt commun également. La nature humaine l’explique, ne se sentant satisfaite que si on donne autant qu’on reçoit.

Bien sûr, cet intérêt commun ne doit pas triompher sur le vôtre puisque ce dont l’univers a le plus besoin est des gens vivants. Mais il est tout de même nécessaire que les quatre critères soient inclus ensemble. Par exemple, si celui du domaine manque, vous allez avoir la joie de faire ce que vous aimez et rendre service, mais pas d’argent.

Les vagues du passé

Certains experts préfèrent des méthodes plus poussées, notamment celle de replonger dans le passé afin de retrouver les joies d’antan. Cette méthode vise à reprendre votre rêve d’enfant avec une touche de réalisme adulte.

Avant de saisir votre stylo, il est nécessaire de s’abandonner à vos souvenirs heureux, afin de chercher ce qui vous faisait vibrer à l’époque. Était-ce la lecture, le gribouillage, la cuisine ou l’écriture ? Une fois que vous parvenez à retrouver ces souvenirs, vous pouvez noter cinq choses que vous adoriez faire.

Tout de suite après, réfléchissez à la probabilité de les faire aujourd’hui, si ça vous fait toujours plaisir ou si vous y êtes indifférents. Pensez à la réaction de vos proches à l’époque et celle de votre entourage actuel si vous vous mettez à le faire.

Enfin, si vous sentez l’envie de réintroduire ces petites joies dans votre vie actuelle, pensez à la manière idéale de le faire.

Laissez votre jalousie parler

On a tous envié les autres pour quelque chose qu’ils possèdent et qui nous manque. L’avantage de la jalousie durable, peut-être bien le seul, est qu’elle nous dévoile ce dont on a besoin. Ainsi, l’interrogatoire de votre jalousie se fait en trois temps et trois colonnes.

La première colonne est dédiée à noter trois choses qui réveillent votre jalousie. N’ayez pas honte à le faire, ce sentiment fait partie intégrante de votre constitution. Une fois cela fait, vous pouvez remplir la deuxième colonne par le désir qui se cache derrière cette jalousie. Finalement, pensez à la bonne démarche pour obtenir ce que votre jalousie désire le plus.